Dispositif de lutte contre le dopage

Présentation

Pratique aussi ancienne que le sport de compétition, le dopage consiste pour les sportifs à améliorer artificiellement leurs performances en recourant à des substances interdites. L’évolution des techniques scientifiques de dopage ainsi que la volonté du mouvement sportif et des États de toujours améliorer l’efficacité de la lutte antidopage ont conduit l’Agence mondiale antidopage à une nouvelle révision du Code mondial antidopage, actuellement en cours, qui entrera en vigueur en 2021.

De son côté, la France a fait l’objet d’un audit réalisé par l’Agence mondiale antidopage durant l’année 2018 afin de vérifier la conformité aux règles internationales du dispositif français de lutte contre le dopage. Cet audit a conclu à la nécessaire réforme des dispositions françaises, lesquelles entreront en vigueur dès le premier trimestre 2019.

Des évolutions profondes, tant au niveau international que de notre droit interne, marquent donc le dispositif de lutte contre le dopage soulevant des questions liées à la fois à la gouvernance de l’Agence mondiale antidopage et des fédérations internationales qu’à la transformation des compétences des autorités françaises pour réaliser les contrôles, analyser les échantillons mais aussi prononcer les sanctions.

Ce sont ces évolutions qui seront présentées et discutées lors de ce colloque organisé à l’initiative de Cécile CHAUSSARD et de Thierry CHIRON, par le Laboratoire de Droit du Sport (CREDIMI) et le MASTER 2 Professions juridiques du sport. Pour présenter ces sujets, le colloque réunit un panel de professionnels issus tant des instances internationales ( Agence mondiale antidopage, Tribunal arbitral du sport), étatiques (Agence française de lutte contre le dopage), que des fédérations sportives, nationales et internationales, de la communauté scientifique et encore de celle des juristes, universitaires et praticiens.